Formations - Chambres d'agriculture Pays de la Loire , retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Quel avenir pour les métiers agricoles en 2022 ?

Quel avenir pour les métiers agricoles en 2022 ?

Flux RSSImprimer la page

Le rapport « Les métiers en 2022 » du groupe Prospective des métiers et qualification s’est chargé de répondre à cette question pour de nombreux domaines dont le secteur de l'agriculture, de la marine et de la pêche (à partir de la page 189).

Cet ouvrage met en perspective les grandes évolutions qui contribueront à façonner l’emploi et le marché du travail dans les années à venir.

Le nombre d’emplois dans le secteur agricole est estimé en baisse sur la période 2012-2022 mais à un rythme ralenti par rapport aux dernières années. Un résultat plus optimiste qui s’explique par une croissance des besoins alimentaires mondiaux due à une démographie en expansion, la France restant exportatrice de produits agricoles.

Les consommateurs français seront, eux-aussi, de plus en plus nombreux d’ici 2022, mais également plus exigeants quant à la qualité des produits agricoles proposés. Cependant, ce phénomène ne se traduira pas forcément par une croissance de l’emploi, dans la mesure où les exploitations sont de plus en plus productives.

L’agriculture, des formations qualitatives et un recrutement fort

Toutefois, l’agriculture reste un secteur porteur qui recrute. C’est en effet près de 182 000 postes qui sont à pourvoir dans les métiers agricoles et marins, sur la période 2012-2022. La salariat permanent ou irrégulier atteindrait 1/4  des emplois, un chiffre en progression.

Autre bonne nouvelle : le niveau de formation initiale et continue de la population agricole est en nette augmentation. On observe parallèlement une nette chute de la part des non-diplômés, minoritaires dans toutes les filières agricoles.

Mieux formés, notamment au niveau du brevet de technicien supérieur agricole (BTSA), les jeunes ont accès aux métiers de technicien et de cadre, sas d’entrée dans les emplois agricoles et dans le statut de chef d’exploitation ou de co-exploitant.

Le nombre de diplômés n’échappent pas à la règle et croît également, qu’ils soient issus du secondaire ou de l’enseignement supérieur, notamment dans la filière des grandes cultures.

Ce rapport est le fruit d'une collaboration entre France Stratégie et de la DARES (Direction de l'Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques).

A lire aussi